La BD mérite mieux que ça!

365_021.jpg

21ème page de 365.

Le sujet d’aujourd’hui portera sur l’éditeur Soleil ou plutôt sur cette façon si significative qu’ont les fans de BD de taper dessus. Ma surprise fut vive en parcourant leur propre forum: avec des fans pareils, pas besoin de détracteur! On leur reproche de nombreuses bd arrêtées, bd commerciales, attrapes-nigauds, pratiques éditoriales douteuses et évidemment une production de merde. Quand je dis « on », je ne sais pas qui est ce « on »: lecteurs déçus, concurrents, dessinateurs refusés ou le Grand Stratéguerre.

Alors, qui est vraiment Soleil?

Soleil est un jeune éditeur: 25 ans d’âge. Cet acteur récent de la bd européenne a une production abondante: 428 titres sortis en 2007, seul Delcourt fait mieux. Cette vitalité ne doit pas cacher sa taille: avec un chiffre d’affaire de 12.5 millions d’euros, Soleil était le 5ème éditeur de BD en France en 2003. Ceci peut sembler énorme, mais c’est deux fois moins que Casterman, et loin derrière Dupuis (72 millions d’euros).

Aux yeux du lecteur, Soleil semble parfois arrêter une série au tome 1 pour en relancer une autre bloquée au tome 2. En réalité, ce sont deux départements différents, donc deux politiques et deux budgets séparés. Cette division en départements explique en partie la vitalité de l’éditeur ; c’est ainsi qu’après l’arrêt de sa publication de bd coréenne/chinoise, Soleil puisse rebondir sur Fusion et même se payer le luxe de relancer des manga arrêtés.

Je comprends le lecteur qui est triste de ne pas voir la suite de sa série, mais ce n’est pas le seul éditeur qui ait arrêté une publication pour cause de manque de succès. Je dois avoir chez moi trois ou quatre tomes 1 de Planetary, et un seul été publié par Soleil.

Lancer des produits variés et innovants est bien une stratégie mais est-ce répréhensible et de toute façon l’éditeur a-t-il le choix ? Soleil reste une petite structure : s’il publie des éditions limitées pour les fans hardcore ou des BD d’humour peu ambitieuses, c’est avant tout parce qu’il les vend. J’ai beau faire preuve d’une certaine forme d’élitisme prétentieux dans mes goûts, je n’attends pas de mes éditeurs de bd qu’ils se suicident.

En revanche… je n’apprécie pas l’anonymat des uns et des autres.

Les internautes tout d’abord devraient faire preuve de plus de retenue derrière l’anonymat de leur clavier, quand un auteur consacre un an de sa vie à un album, lire que c’est « commercial » ne lui fait sûrement pas plaisir. Il ferait beau voir qu’il doive s’excuser si en plus son album se vend! Je pense en particulier aux lâches qui ont été sur le site de la FNAC mettre 0 au tome 1 de Lanfeust Quest avant sa sortie.

Que Frantico utilise son blog bd autobio-humoristique pour dire que Soleil, c’est de la merde, ne me fait pas oublier qu’il a la réputation d’être le prête-nom de Trondheim. Sous couvert d’humour, ça ressemble à un règlement de compte à bon marché.

Enfin certains auteurs de Soleil signent leur BD d’humour de pseudonymes à usage unique: assumez ce que vous faites.

*

A tous, je dis: la BD mérite mieux que ça!

*
En ce début de 21ème siècle,

je fais le rêve que les BD soient regardées comme égales, sans distinction de format, de style ou d’origine,

je fais le rêve que mes BD soit publiées un jour dans un marché où elles ne seront pas jugés sur leurs couleurs, mais à la mesure de leur caractère.

Nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons pas satisfaits jusqu’au jour où ce language nouveau se déversera comme un torrent d’encre noire.

Ceci doit arriver, que la Liberté règne, des boutiques d’Akihabara aux rayonnages des bibliothèques de New York.

Libre enfin, libre enfin, elles seront libres enfin!

Je fais ce rêve aujourd’hui !

*

Alexandre

*

Archives

Alexandre Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font... *