Eddy’s Mental Mud 3

J’ai payé mon tribut aux éditeurs indépendants:

Je viens d’acquérir Dynamo 5 chez Merluche, la boîte de notre collègue Thomas Rivière.  Voilà qui m’incite à faire davantage. Le marché est aujourd’hui tel que je ne peux suivre toutes les séries qui m’intéressent, aussi je me concentre sur les petits éditeurs qui ont à cœur de publier de vraies bonnes bd qui ont souvent du mal à résister aux rouleaux compresseurs américains de chez Marvel et DC.

Delcourt se charge de ramasser le gros des restes avec les franchises Star WarsHellboy, Spawn, Witchblade… ce qui ne les dispense pas de certaines audaces comme Black Kiss de Howard Chaykin, Tue moi à en crever de David Lapham, Savage Dragon d’Erik Larsen ou encore The Goon d’Eric Powell.

Les autres éditeur sont donc vertueux, car non seulement ils se partagent les miettes, mais moins stables financièrement parlant, ils doivent prendre de vrais risques pour perpétuer la passion.

Akiléos nous donnent la chance pouvoir suivre  Fear Agent de Rick Remender et Tony Moore qui au début ne paie pas de mine mais s’avère vraiment excellent sur la longueur avec un héros très charismatique qui sait sortir du cliché de baroudeur alcolo de l’espace . Mention plus!  Puis l’Age de bronze d’ Eric Shanower qui suit la saga de la guerre de Troie avec une vérité de ton incroyable (ça me rappelle un peu Murena de Dufaux et Delaby)

Milady graphics attaquent très fort avec au moins un titre très accrocheur par mois:

Empowered d’Adam Warren qui n’a pas eu beaucoup les honneurs dans nos contrées. Spécialiste de la japanime cyberpunk des années 80/90, féru de Masamune Shirow. On n’a eu que l’adaptation de Bubblegum Crisis: Grand mal (rien de que le nom), quelques épisodes de ses Dirty pair (Fatal but not serious) chez Sémic et ses épisodes spéciaux de Gen 13 (qui sont de la balle). Voilà on sait ce qu’aime ce gars, des filles sexy, des blagues potaches, des concepts futuristes fumeux, des privates jokes sur le métal et un découpage impeccable dans les scènes de combat.  Fun et dynamique, certains mangas devraient prendre modèle.

Le dernier des templiers nous offre une saga ,nordique de Michael avon Oeming et Bryan Glass cher au coeur de ses auteurs (Oeming a déssiné une grande histoire de Thor chez Marvel ainsi qu’une série non encore traduite intitulée Hammer of gods ).Rafraîchissant, Le derniers des templiers n’est pas assurément un titre qu’on lit tous les jours.

Black summer est une bd de Warren Ellis, ca annonce donc le cynisme et le coté canaille de l’affaire. c’est du super-héros adulte , ça semble annoncer un lien de parenté avec les Watchmen, mais c’est surtout une réflexion politique sur l’idéalisme et sa lente corruption qu’on prend de l’âge. Pourvu que Milady pense à traduire les autres oeuvres du sieur Ellis, capable du meilleur comme du moins bon, mais toujours curieux.

Pour finir, alors qu’on annonce déjà Scott Pilgrim versus the world, c’est Grandville de Bryan Talbot qui s’ajoute à un catalogue déjà bien chargé en terme de qualité. Granville est une uchronie steampunk animalière ayant une portée culturelle digne de « De capes et de crocs » tout en ayant le punch des films de Tarantino, bref à ranger près de Canardo et de Blacksad, un cran au dessus tout de même.

Chez Kimera, peu de sorties, mais du lourd avec Strangers in Paradise, Le chef d’œuvre sentimental libre de Terry Moore. Referez vous à mon article sur les 50 meilleurs bd chapitre : Mes combats!

J’en oublie certainement mais c’est déjà une bonne base, de quoi se dire que Panini n’a pas le monopole du comics, heureusement… Marvel et Dc n’en finissent pas de crever. Comparez Born again, Dark knight, Swamp thing, the trial of Galactus, ou même Secret   wars avec le tout venant actuel, vous verrez que j’ai raison. quelques sursauts salutaires subsistent avec des  persos secondaires ou nouveaux comme les FugitifsNewtwave, Birds of prey, Jonah Hex, Warlord, She Hulk ou Ant man mais prisonniers du syndrome des ventes obligées, tous ces louables projets sont voués à l’échec. A shame!

vive les indés…

Archives

Eddy Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font... *