EDDY’S MENTAL MUD 12: ZE GAY BUZZ

 

 

Effectif depuis l’automne aux USA, le redémarrage de l’univers DC vient de débuter en France sous l’égide d’Urban comics.

Dans la communauté des fans, c’est effervescence. Pourquoi a t’on changé le costard de SUPERMAN? Pourquoi Scott Lobdell revient-t-il après avoir été avalé par la dimension invisible? Pourquoi Batgirl revient-elle sous les traits de Barbara Gordon? Où sont les femmes? avec leurs gestes pleins de charme…. Où sont les blacks, minoritaires ET invisibles. Où sont les gays?

Répondons simplement à la question qui sous- jascente à toutes ces interrogations existentielles:

LA REALITE A ETE CHANGEE, TOUT REDEMMARRE DE ZERO.  Donc tous les trucs avant, les enfants cachés, les clones, les plots délirants, les morts temporaires et  les cataclysmes en tous genres; ON S’EN FOUT!

Tu adorais Barbara Gordon handicapée reprennant le contrôle de sa vie et refusant de cesser le combat de sa vie en tant qu’ORACLE?

ON S’EN FOUT!

Tu es un fan des TEEN TITANS, de AUTHORITY, de la DOOM PATROL (il y en a) ou de la Société de Justice (l’hospice des Super-héros parce que là-bas, le programme sur les retraites de Sarko est passé)?

ON S’EN FOUT!

La continuité idolâtrée par le fan quand bien même elle est violée à peu près huit mois sur douze?

ON L’A LARGUEE…

A partir de là, on peut faire un peut ce qu’on veut et c’est tant mieux. Je ne suis pas particulièrement idéaliste mais la précédente continuité DC (déjà redémarrée de la sorte en 1985 par la « crise des terres infinies« ) avait été plombée par différentes opérations commerciales comme la Crise inifinie (une redite pas nécessaire), One Year Later (on casse tous les jouets qui fonctionnent bien) ou encore Cry For Justice (Les héros sont des brêles incapables de protéger leurs familles). Le point de non retour étant atteint, il ne restait plus grand chose à faire. Les décideurs ne sachant même plus à quels saints se vouer laissant même Grant Morrisson jouer avec notre chauve-souris préférée en lui infligeant un voyage dans le temps pour revenir d’entre les morts. 

Depuis, Batman, la Ligue de Justice, Wonder Woman, Animal Man, Swamp Thing, Batwoman, Aquaman, Flash, Green LanternAction Comics vendent autant que les X-Men et s’offrent une seconde jeunesse au prix d’une certaine cassure auprès des fans qui peuvent l’avoir profond dans la gorge. Car si les « NEW 52 » constituent une porte d’entrée incroyable pour une nouvelle génération de lecteurs, elle est aussi une porte de sortie pour tout collectionneur pathologique qui en aurait marre d’être pris pour une girouette.

LOVE AFFAIRS ARE SO EXCITING, WHEN THE STARS OF DREAD LOVE SHINING (Nina Hagen)

Depuis peu, un autre sujet occupent les internautes. Les gays débarquent en force dans nos illustrés. J’ose même pas l’avouer à ma mère, devant l’ampleur de la subversion. Ca fait causer tout ça. En effet pas moins de trois personnages assez « importants » chez DC sont homosexuels:

BATWOMAN, qui cumule les exploits d’être une femme lesbienne qui porte un titre sur son nom. Rigolez pas, les comics ayant une héroïne éponyme, se ramassent tous à la pelle et rares sont ceux qui dépassent les 100 numéros d’affilés (de mémoire, il y a eu Wonder Woman, Spider-girl, Birds of Prey et…c’est tout!) Que voulez-vous, on vit dans une société inhumaine. Bon séchez vous larmes, maintenant, ça suffit vous allez ressembler à Isabelle Alonzo, et c’est pas un service à rendre à ces malheureuses.

BUNKER, un nouveau créé pour ça et qui aligne les clichés désespérants avec une constance de skieur de fond (et le touche). Il est aux gays ce que Colossus est aux ruskoffs. Par le loup blanc!

ALAN SCOTT, le Green Lantern d’un autre univers. Ancien croulant devenu super beau gosse, riche, plein de hype et gay-branché. Incontournable !

 

Marvel n’est pas en reste mais il s’agit de persos dont personne n’en n’a rien à foutre depuis le jours où ils ont été imprimés (Dragon-Lune, Shatterstar, Rictor, les deux gamins dansYoung avengers). Sauf que eux, ils se marient et vous verrez Noëlle Mamère dans le fond sur la cover qui commémore l’événement. NORTHSTAR convole en justes noces avec un illustre inconnu tout gêné d’avoir été créé pour faire la une de Gala. C’est pathétique, mais que fait Fatalis?

Cette floppée de news, on s’en doute va changer nos vies. Nos gosses ne se déguiseront plus en Buzz l’éclair mais en Green Lantern et on passera des nuits blanches à se gratter le menton en se questionnant sur l’avenir de nos petits. On va cramer des cierges! Puis ce sera Sodome, Gomorrhe, Copenhague!!

 Et puis pendant ce temps là on laisse Batwing et Nightrunner, respectivement noir et arabe (brr!), se promener librement à l’insu de la population. Où va le monde?

Vous l’aurez compris, tout sera bon pour vendre un peu de papelard, tout sauf de bonnes histoires qui elles attireront toujours moins. Surtout là où je suis mort de rire, c’est que Marvel et DC  sont purement  à la ramasse derrière Appolo et Midnighter (mariés et adoptant un gosse, vous pouvez toujours vous accrocher), Katchoo (Strangers In Paradise, lisez-le, il y va de votre vie), et même Kevin Keller d’Archie comics. Vous imaginez qu’un comics se passant éternellement dans les années 50 parvient à avoir de l’avance  sur Marvel. Sans parler de tous ces personnages de manga comme Subaru chez Clamp ou Alix en franco-belge (Je trolle de plus en plus). Vous parlez d’une révolution sire, c’est un pétard mouillé un jour de kermesse en province.

Je donnerai toutefois sa chance à EARTH 2 (où on verra Alan Scott), parce que Nicola Scott est une artiste très talentueuse et parce que c’est toujours agréable de voir un univers (re)commencer.

Pour ma part j’avais créé un personnage gay(Johan) dans TRUE WORLD (encore lisible dans la catégorie BD) et je me suis rendu compte que je n’avais rien d’intéressant à écrire sur lui. Il n’était qu’un mauvais rip-off de Kamui (X de Clamp). Je voulais qu’il soit cool mais s’est fait rapidement voler la vedette par sa soeur et son précepteur dont j’escomptais bien raconter les relations ambiguës.  TRUE WORLD n’allait nulle part de toute façon. C’était un ramassis d’idées jetées en l’air, le vent les a emportées. En tant qu’auteur, la sexualité des personnages n’ a aucun intérêt, ce n’est pas ça qui les rendra ou non attachant ou alors il faut vraiment bien les écrire et je vous l’avoue bien niaisement: Je ne suis pas Terry Moore.

 

Et ne le dites à personne mais il paraît que SUPERMAN est athée…

 

Archives

Eddy Écrit par :

2 commentaires

  1. 24 juin 2012

    Le résultat de cette relance montre que le public avait une attente vis à vis des icônes de DC, y compris pour certaines plus oubliées ou obscures que Superman.

    Plus cyniquement, les #1 étant généralement les plus grosses ventes en comics, la locomotive new 52 a écrasé la concurrence en trois vagues de nouvelles sorties (qui ont vu se noyer quelques titres comme Hawk and Dove, remplacés dès le 8ème épisode): multiplier les #1, il suffisait d’y penser.
    Il reste à voir si la vague suivante, Before Watchmen, va rencontrer le même succès.

    Comment insuffler une nouvelle âme à un cadavre? C’est à dire, comment amalgamer les Batgirls pour proposer une Batgirl 2012?

    Le retour de la « véritable » Batgirl était alors plus que prévisible: inévitable. Pour la majorité, Barbara est resté Batgirl.

    Nos amis américains étant plus sensibles que nous au problème du sexisme dans la bd, c’est sans surprise que ce nouveau départ est vécu comme un retour en arrière: disparition/relégation de nombreuses super-dames, mais aussi de dessinatrices/auteures (DC serait passé de 12% à 1% de femmes dans son écurie, quelqu’un peut-il confirmer?).

    Le traitement des personnages gays est-il encore un problème en 2012? Au cinéma, les super-héros sont bien en retard sur leurs homologues de papier!

    Les préférence sexuelles peuvent avoir leur utilité dans une histoire, au delà de la seule psychologie du personnage: V pour Vendetta, Watchmen… l’utilisent pour montrer la politique du monde où les héros évoluent.
    Northstar étant un second couteau, son mariage apparaît aussi « risqué » que de dévoiler que Doc Samson est de confession juive.
    Encore que… j’ai vu les gens chialer sur Internet après Nightrunner comme après le nouveau Spidey d’Ultimates, gageons que Marvel continuera d’apparaître subversif pour les trop bonnes âmes.

    On sait pourtant qu’Hercules a déjà emmené Jean-Paul faire un tour dans la Hercmobile… après avoir connu l’Olympe, qu’est-ce qu’un mariage?

  2. 25 juin 2012

    En ce qui concerne le sexisme, Le contraste qu’offrait DC avant les New 52 et après est saisissant: le nombre d’auteurs avait fondu. Il est sûr que le nouvel univers DC est un projet éditorial et non artistiquement cohérent. Il ya eu de la casse, et en misant sur de vieilles stars des années 90 (Jim Lee, Scott Lobdell, Howard Mackie) on a forcément reculé un peu à une époque où les femmes auteurs de comics n’avaient pas accédé au rang de « bankable ». Ce n’est pas juste mais c’est un effet collatéral involontaire. Le truc c’est qu’ils ont rappelé à toute vitesse des anciennes comme Ann Nocenti ou dévoilé les activité de Nicola Scott pour que Gail Simone se sente moins seule. Les moeurs des uns vont plus vite que les moeurs des autres. un autre exemple: Parmi les série qui se cassent la gueule,plusieurs présentaient un héros noir (Mister Terrific, Static Choc). Doit-on en conclure que le lecteur de comics est raciste? je ne crois pas. Ils paient le fait d’avoir été mis dans de mauvaises mains) De ce coté là Marvel se venge avec un Bendis qui apporte la diversité partout où il peut (Miles Morales le nouveau Spider-Man et surtout Luke Cage dont il est un fervent supporter). Evolution de la société et buzz de comics font un mauvais mariage, signe sans doute que le comics n’est plus un témoin privilègié de son époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font... *